5 juin 2015 5 05 /06 /juin /2015 12:54

Il en aura fallu, du temps.
La Petite a commencé à naître il y a presque deux ans.
Elle était si petite.
Elle ne se ressemblait pas encore.
A peine quelques feuillets.
Une écriture fragile et tremblante
Que j'ai couchée dans l'écrin brouillonnant
d'un berceau de ratures.
Elle était si petite, la Petite.
Si Petite.

 

Si Petite

Et puis elle a grandi, la Petite.
Elle a fait ses premiers pas.
Ses pieds nus dans l'encre.
Sautant par-dessus les lignes.
Eclaboussant sans cesse
De son rire sauvage
Et mes jours et mes nuits.
Mais je n'ai rien dit.
J'ai laissé faire.
Je ne voulais pas l'effrayer,
la Petite,
l'Enfant au ventre rempli de vide et de nuit.
Silences.
De longs silences.
Des heures passées à l'épier.
Déambuler.
Elle cherchait. Elle cherchait.
Et puis elle a fini par trouver une voix, la Petite
Des voix qui sont devenues siennes.
Celles de la renarde, de la grenouille, du geai et de la chouette chevêche.
Elle s'est constuit un monde.
De plume, d'argile, de peau et d'os.
Avec les étoiles comme des lampions.
Et des nuages au bout des doigts.
Un monde
A sa mesure.
Elle a fait
sa vie.

 

Si Petite

Un matin,
elle s'en est allée, la Petite.

Et moi, je suis resté là.
Pendu au souvenir de ses yeux.
Comme un crapaud au-dessus d'un puits.

Et la voici qui revient
aujourd'hui
la Petite
plus belle
que jamais.


 

Si Petite

A la fin de l'été,
vous aurez une chance de la croiser...


 

Partager cet article

Repost 0
Publié par Stéphane Servant
commenter cet article

commentaires