16 mai 2022 1 16 /05 /mai /2022 09:49

Ce matin, à Istanbul,
une lycéenne m'a demandé
d'écrire un mot dans son livre.
Un mot pour le garçon à côté duquel elle était assise,
le garçon dont je n'ai pas entendu la voix pendant une heure,
le garçon qui l'attend maintenant à la porte,
le garçon qu'elle aime,
le garçon qui l'aime aussi, elle le sait,
et qui, lui, n'ose pas, ne sait pas,
comment le lui dire.
J'ai écrit :
Fais confiance à la tendresse du coeur,
C'est la seule richesse
Que nous possédons.
Elle a refermé le livre,
avec un grand sourire,
espérant que j'avais glissé
entre les pages une clé.
Et moi je pensais :
Quel piètre poète je fais !
Les mots, décidément,
sont bien peu de choses
pour défaire le silence
et les adultes ne sont pas plus doués
que les adolescents
pour dire les tremblements.
Quelques secondes plus tard,
le garçon est venu me voir.
Il m'a dit :
Ne pas se sentir à sa place,
c'est difficile.
Mais c'est bien aussi,
ça permet de voir le monde autrement.
Ils se sont rejoints à la porte
et ils sont partis ensemble
avec leur amour et leur désir secrets
que mes mots ne pourront jamais effleurer.
Parce que les mots, décidément,
sont bien peu de choses,
comparés à l'infinie tendresse d'un coeur...

 

CARNET SPIRALES #14 :  TENDRESSE

Partager cet article

Repost0

commentaires