M'ECRIRE

29 février 2016 1 29 /02 /février /2016 11:24

Du 09 au 13 mars, je serai
au Salon du livre jeunesse
de Saint-Germain-lès-Arpajon
(au sud de Paris).

Sur la route

Vous pourrez m'y retrouver en dédicaces
le samedi 12 et le dimanche 13 au matin.



 

Sur la route

Du 13 au 19 mars,
par monts et par vaux,
par-ci et par-là,
je sillonerai la Suisse
dans le cadre de
La Bataille des livres
pour présenter Chat par-ci/Chat par-là.

 

Sur la route

Au plaisir
de vous croiser
sur la route....

Partager cet article

Repost 0
Publié par Stéphane Servant
commenter cet article
19 février 2016 5 19 /02 /février /2016 07:54

" Un tout petit pois " est paru en 2009
aux éditions Rue du Monde.

Dans cet album,
j'avais tout fait.
Tout.
Texte et image.
 

Finis les petits pois

Bon, d'accord,
ce n'était pas très compliqué.
Du papier, de la gouache,
des ciseaux, de la colle,
des ronds, des carrés.
Et le petit pois était né.

 

Finis les petits pois

Des enfants de maternelle
pouvaient en faire autant...

Finis les petits pois

Peut-être même
beaucoup mieux...

Finis les petits pois

" Un tout petit pois " a été se balader jusqu'en Corée.

Finis les petits pois

Il existe même un spectacle tiré de l'album.
(Cie Mélanie Dubois)

Finis les petits pois

" Un tout petit pois "
c'était mon petit caillou
sur le chemin de Leo Lionni,
Warja Lavater, Jérôme Ruillier,
et de bien d'autres encore.
Une poésie minimaliste, presque primitive et symbolique...

 

Finis les petits pois

Mais voilà,
aujourd'hui plus de petits pois disponibles en librairie.
Peut-être quelques-uns encore
qui auraient roulé
dans les rayons de la bibliothèque
la plus proche,
on ne sait jamais...

 

Partager cet article

Repost 0
Publié par Stéphane Servant
commenter cet article
11 janvier 2016 1 11 /01 /janvier /2016 09:32
2016

Envol
vers
une nouvelle
année.



En bonus,
un texte - écrit en anglais -
publié dans le magazine TWIG de Tomales Bay - Californie
en septembre 2015
(sorrry for my English...)



STILL


The black shoe was jerking under the chair. Hitting and beating like an angry rattle snake. His tail pointing to an invisible thing under the ground. A thing hidden from our eyes.

My love was leaning against the concrete wall, listening to the music. Her eyes were half closed. Two heavy dark roses. She smiled at me. A tired smile but a smile though. We’ve been travelling for so many weeks. Our nights as bad as cheap jewels. Our days running away like sand. No remembrance at all.

I looked at the glass into my hands.
White wine has almost vanished.
Just a few sparkles of gold left.

The black shoe was jerking under the chair but nobody seemed to notice. Everybody was mesmerized by this guy’s hands, drifting on the piano keyboard. Black and white. Divided but linked though.

I licked the last golden stars in my glass. The guy in green nodded at me from behind the desk. As if he knew a secret thing about what was hidden under the pianist shoe.

When we entered the place, I first thought he was the cashier. I did not even notice the piano in the middle of the room. I was about to talk when he came to me with a big smile. “So, you’re the writer”. I didn’t understand. He held out glasses full of white wine to us. “You are our new neighbours, right? Welcome in our town” I felt the oily steel in my right hand. What should I do? Suddenly, my love laughed loudly, grabbing a glass. I looked at her. Tried to smile. Let the steel quiet in my pocket and grabbed my glass too. OK, let’s be the new neighbours. Until the end of the glass. Until the end of everything.

Then I heard the piano. A man started playing in the middle of the room. Everybody stopped talking and they stared at the man’s hands. The wine was fresh. So fresh comparing to the outside temperature. To my inner warmth.

A few minutes ago we stopped our car in front of the bank. The dark roses of my love’s eyes asked me Again ? It might turn bad. It might be the last time. I smiled at her. What else? We had to finish what we started. We kissed deeply and I put the gun in my pocket.

The black shoe of the musician was jerking under the chair. Hitting and beating. I recognized Thelonious Monk. Everybody was listening to music. Nobody seemed to notice that the rattle snake’s tail was pointing a secret thing under the ground. Nobody seemed to notice that we were not the new neighbours. Nobody seemed to notice that a piano in the middle of a bank is a weird thing. Maybe was it normal in this town? Who knows ? We saw so many strange things these last weeks.


My love leaned against the wall. Her heavy dark roses swinging to music. She smiled at me. I felt the weight of steel in my right pocket and I relaxed myself and I drank the fresh wine, forgetting for a while all these weeks of black blood and white nights. Finally, it was not so bad to be the new neighbours. As I started to feel pleasantly fuzzy I remembered I saw the letters on the wall of the building when we went out of the car. They were saying “It is NOT a bank”. What else could it be ? All was suddenly so strange. I took a look at the piano. It was an old instrument. I realized that things are not only what they are supposed to be. But they are also what they used to be once. The piano used to be a tree. This building used to be a bank. The pianist used to be a black coloured man. I looked at the shoe of this man, that shoe that used to be animal skin. That black shoe. Hitting and beating the ground. Pointing to an invisible thing that everybody seemed to forget. Ancient times. When there was not even a building there. Not even a bank, not even a town, not even a white man or a black man. Only stones. Rattle snakes. Mountain lions. My love’s head was swinging to the music. I asked myself what we used to be? What are we now? After all these weird weeks?


One day, on a empty morning, we left behind us banks and bailiffs and the few we got. So we started roaming. Just a car. The treasure of my two heavy dark roses eyes’ love. And a gun in my right pocket. We spread fear and blood in order to forget fear and blood and, most of all, emptiness. We crossed empty suburbs. Ruined factories. We ran out of money. Our love was vanishing. Bleached by blood and despair. Everywhere, we were strangers. Strangers to ourselves. And now we were drinking wine and listening to that guy playing Thelonious Monk. For a while I thought that things could be easy. Could we be new neighbours? I thought we cannot forget because remembrance is a part of us. Stones, rattle snakes, lion mountains, banks, emptiness. All is divided and linked.

We entered the bank and the green man called us neighbours and gave us glasses of gold and the man started to play jazz on the piano. For a while, I thought that it could be simple to kill fear. A gun is useless. You just have to remember everything from the very first time. Facing these rocks and snakes and emptiness.

The black shoe stopped jerking. The man’s hands lying on the keyboard. Everybody’s hands clapping. Hitting and beating. Even my love’s ones. Hitting and beating. A living heart.

I heard a woman asking the pianist how he managed to remember all theses tunes.
He said : “I just have to remember”.

I knew what was hidden under the black shoe.

The remembrance of what we are and what we used to be.

I felt a hand leaning on my shoulder. “Welcome to our town” said the man in green with a smile. The steel in my pocket was cold now. “As you’re a writer, you should write on this afternoon.”

I promised something.

We drove to the ocean. The sky was grey and misty. The soft sand under our feet. We kissed deeply as the sun went down. It was so quiet. So easy. No more mysteries. Like if we found what was hidden our own skins. My love said : We could rest there for a little. Why not?
Then she made appear a bottle of wine. Fresh white gold she stoled at the bank. Well, it was not a bank any longer.

It was not a bank but we were still in love.
Still.

Partager cet article

Repost 0
Publié par Stéphane Servant
commenter cet article
16 décembre 2015 3 16 /12 /décembre /2015 13:45
Un gros goûter

Pour cette fin d'année,
nous sommes tous invités
pour un " Gros Goûter "
en Corée !

Partager cet article

Repost 0
Publié par Stéphane Servant
commenter cet article
24 novembre 2015 2 24 /11 /novembre /2015 12:47
SLPJ 2015

ATTENTION, AGENDA MODIFIE !

 

Le Salon du Livre et de la Presse Jeunesse,
c'est pour bientôt !

Nous pourrons nous y croiser, si je ne suis pas en retard ou en avance :

> Le vendredi 04 décembre
- 15h30/16h30 sur La scène Transmedia,
rencontre croisée avec Véronique Ovaldé et Gilles Barraqué autour du thème "L'empreinte du conte"
- 16h30/17h45 sur le stand Rouergue
- 20h/22h sur le stand Thierry Magnier avec Emmanuelle Houdart

> Le samedi 05 décembre
- 11h/13h sur le stand Rouergue
- 14h/15h
sur le stand Thierry Magnier avec Emmanuelle Houdart
- 15h/17h sur le stand Didier Jeunesse avec Ilya Green
- 17h/18h sur le stand Librairie des Pépites avec Emmanuelle Houdart

> Le dimanche 06 décembre
- 15h/17h sur le stand Didier Jeunesse avec Ilya Green

> Le lundi 07 décembre
- 10h/13h sur le stand Didier Jeunesse avec Ilya Green & Irène Bonacina

- 14h30/16h30 sur le stand Rouergue

Au plaisir !

Partager cet article

Repost 0
Publié par Stéphane Servant
commenter cet article
5 novembre 2015 4 05 /11 /novembre /2015 09:50
Celui qui n'est pas là



Je ne suis pas là.
Je ne suis jamais là.

Je suis la chaise vide.
L’assiette creuse.
Le pain moisi.
La pendule muette.
Le portemanteau inutile.
Les bottes renversées.
La grange déserte.
L’âtre refroidi.
La rivière asséchée.
L’ambroisie.
Le ciel vide. Vide. Vide.

Je ne suis pas là.
Je ne suis jamais là.
Je t’ai écrit des lettres.
De pauvres mots.
Grattés à la crasse au temps à la viande et aux fusils.
Je t’ai envoyé des soleils.
Des promesses de lendemain.
Des bouts de peau.
A frotter contre ta peau.
Pour faire passer l’hiver.
Et la guerre.
Pour te tenir le ventre chaud.

Je t’ai menti. Je le savais, tu t’en doutais.

Mais peu importe,
notre amour était une religion.
Pour survivre, il nous fallait croire.
Mais comme en religion,
le paradis n’appartient qu’aux morts.

Maintenant je te le dis
Le ciel est aussi
vide
que ma chaise.

Je ne suis pas là
Je n’ai jamais été là.
Ma chaise a toujours été vide.
70, 14, 40, 62.
Des chiffres pour mesure l’absence.
Toi, bien sûr, tu as attendu.
Tu comptais.

Sur le dossier de ma chaise
avec le vieux canif
tu gravais dans le bois
Les jours qui séparaient nos corps.
70, 14, 40, 62.
Cent
Million
de Secondes
Et la soupe
dans ton assiette
refroidie.
Et la mienne
reste vide
Rien que je puisse faire
Pour te réchauffer.

Je ne suis pas là.
Je n’ai pas à cacher mes yeux
Pour ne pas voir l’homme qui pousse ta porte
que tu tires en dedans.
Je ne suis pas là.
Et je ne peux donc t’en vouloir.
Je suis là-bas,
dans la crasse et le sang et les tripes et la boue et les mille décombres de mes rêves.
Enseveli sous la carcasses d’un cheval mort.
Tandis que toi, mon amie
Tu te couches sous l’homme.

Tout ce sang. Toute cette viande.
Et si peu d’amour.
Et ta peau se réchauffe.
Et tu sens revenir la vie.
A la braise de ton sexe.
Les mouches bourdonnent.
Et toi tu jouis.
Les mouches bourdonnent.
Travail. Famille. Patrie.
Les mouches bourdonnent.
Mobilisation générale.
70, 14, 40, 62.

On avance, les frangins, on est partis.
Tout cette viande, ça me coupe l’appétit.
C’est drôle, moi qui n’ai que du pain moisi.
Combien de chiffres pour mesurer
l’absence dans ton lit.
Et l’assiette froide.
Et ma chaise vide
Et les croix dans le bois.
Et la table
raide
comme un tombeau.

Je ne suis pas là.
Je ne suis jamais là.
Sinon, j’aurais chanté une chanson.
En levant mon verre.
J’aurais craché sur l’empereur et les curés.
J’aurais trinqué aux rouges et à la révolution.

J’aurais foutu du feu dans ma voix.

J’aurais craché comme au fond de la mine.
J’aurais bombé le torse. Et on aurait gueulé.
Mort aux vaches ! Et vive les femmes infidèles.


Mort aux vaches ! Et vive les femmes infidèles.


Enfin, non, peut-être que j’aurais pas dit ça.
Peut-être que j’aurais déposé
un baiser sur ton front
Parce que le petit dort. Faudrait pas le réveiller.
Mais quand même.
Morts aux vaches !
On ira tous les crever.

Là-bas, tout en haut. Pays de misère et de froid.
Là-bas tout en bas. Pays de misère et de pierre.
Ou alors on restera là. On se cachera dans les forêts.
Avec nos frères les loups dont les yeux brillent à la veillée.
Et on ira voir cramer les trains dans le lointain.
Ouais, tu verras, mon amour.
Ta terre, ma terre. Comment ça pousse bien sur le sang versé.
Toi tu ne dis rien.
Tu prends ton canif.
Et tu ajoutes une croix
Sur le dossier de ma chaise.
Vide. En lambeaux

Je ne suis pas là.
Je n’ai jamais été là.
Tu as dit : Non, il n’est pas là.
Il est parti.
C’était la première fois que je voyais un bateau.
Et qu’il y avait autant d’eau entre nous.

America, America.

Je reviendrai, j’avais dit
en poussant la porte.
Je reviendrai
quand tout sera fini.

Mais voilà
Je n’ai jamais rien compris aux chiffres.
Pourtant mon père avait bien essayé de m’apprendre
Avec les 36 lambeaux de son corps
Et ses dents brisées.
Éparpillées dans la boue de ce pays du Nord.

Longitude. Latitude.
Quelles sont les coordonnées ?
70, 14, 40, 62.
Une tonne de plomb
pèsera toujours
plus lourd
qu’une tonne de nos os.
Je reviendrai.
Si je retrouve le chemin.
Mais jusqu’à combien tu pourrais compter
sur ma chaise vide ?
Je suis parti.
J’ai mis 4649 km
entre les uniformes et moi.

America America.
Mais comment mesurer l’absence.

Et la soupe qui toujours refroidit ?

Je ne suis pas là.
Qui réveillera l’âtre ?
Qui retournera la terre ?
Qui réchauffera ta peau ?
J’ai reçu ta lettre, mon amour.
Ici, tout va bien.
Je reviendrai bientôt.
Je rêve souvent.
De ta peau
Sous ton corsage.

La peau entre tes seins.
Là où nichaient les cocons.
Comment sous ma langue
elle était blonde et douce,
aussi douce que le pelage du veau.
Te caresses-tu, parfois, en pensant à moi ?
Je suis désolé d’apprendre que la vache est morte.
Que les cocons sont vides. Que la soie est déchirée.

Que la source est tarie. Que la sœur est partie.

Que l’ambroisie. Que l’ambroisie.
Ma mère, ma cousine, ma sœur.
Je ne suis jamais là. Et toi, tu t’accroches
à ce pays de misère
comme on se tient

à un bras.

Je ne suis jamais là.
Mais tout ira mieux, quand je serai revenu.
Tu verras, j’irai sur la lande d’en bas.
Labourer la terre refroidie.
Et, si Dieu nous laisse tranquille
Si les clochers poussière,
si les temples crasse
si les capitaine pantoufles
je t’emmènerai au bal du bas.
Sous les lampions, on dansera.
dans la poussière

Toi, dans ta robe blanche.
Moi et mes lambeaux de rêves.
Et toi ton ventre qui s’arrondit.

Tu sais j’ai une idée.

Peut-être bien que je pourrais pousser
la porte de la vieille école

et faire revenir des enfants par ici.

Du sang neuf
Du sang qui ne sera jamais versé.

On remettra les chiffres en ordre.

pour que demain ne se ressemble pas.

70, 14, 40, 62.
On comptera autre chose que les os.
On comptera les jours
passés à se tenir la main.
Mon amour.

Tu le sais, je compte les jours.
Et bientôt, je te le promets,
il y aura ma peau et ta peau
Attends. Oh attends-moi.
Je me caresse parfois en pensant à toi.
Mais je ne sens
que du vide.


De la chaise,
il ne reste aujourd’hui
Que des copeaux
de moi.
Et toi,
mon amour
maintenant si vieille
où reposes-tu ton dos ?
La maison est-elle encore debout ?
La porte est-elle close ?
Est-ce que tu es partie ?

Est-ce que tu as jeté la clé
dans la rivière où on se baignait?
Est-ce qu’il y a encore
quelqu’un
ici ?

(Un texte craché sur le papier à partir de témoignages recueillis en Ardèche en septembre 2014, dans le cadre du Grand Opéra du festival Essayages, avec la complicité de la dramaturge et poète Mariette Navarro, des musiciens Laura TEJADA et Franck GIRAUD du groupe Slash Gordon)

Partager cet article

Repost 0
Publié par Stéphane Servant
commenter cet article
4 novembre 2015 3 04 /11 /novembre /2015 09:22

... le samedi 07 novembre à 16 à La librairie Tire-Lire (Toulouse)
pour des lectures et des sablés !

Retrouvez-moi...

... du jeudi 12 au dimanche 15 novembre, à Fougères,
pour la 31ème édition du Salon du Livre Jeunesse !

Retrouvez-moi...

Partager cet article

Repost 0
Publié par Stéphane Servant
commenter cet article
31 août 2015 1 31 /08 /août /2015 07:07

Septembre.
Un roman.
Deux albums.
Trois textes.
Des convergences.
La naissance. Les racines. L'amour. La liberté. Les souvenirs. La solitude. La folie. La peur. La mort.
Trois textes.
Pour interroger les noeuds du temps,
les rêves et le réel,
la rémanence et l'éphémère.
Des points.
D'interrogations.
Des mains.
Tendues.
Des chemins.
De vie.
Des boucles.
A boucler.

Des boucles

La langue des bêtes / roman / Ed. Rouergue



 

Des boucles

Cinq minutes et des sablés / album / illustrations Irène Bonacina / Ed. Didier Jeunesse


 

Des boucles

Ma Mère / album / illustrations Emmanuelle Houdart / Ed. Thierry Magnier

Partager cet article

Repost 0
Publié par Stéphane Servant
commenter cet article
3 juillet 2015 5 03 /07 /juillet /2015 11:48

Lever les voiles.

Prendre le large.

Glisser l'aile sous le vent.

Aller voir ailleurs.

Si l'autre y est.

Et si par hasard

J'y suis aussi.

 

Le vent

Je vous donne rendez-vous

dès la fin de l'été pour la parution

de trois récits où il sera question

d'amour, de liberté et de transmission.

Mais pas que...

 

Fin août,
il y aura un chapiteau de cirque, un vieux lion,
des livres grignotés, une couverture d'histoires tissées.
Ce sera la sortie du roman " La langue des bêtes "
aux éditions du Rouergue.

Le vent

En septembre,
ronces, chèvrefeuille et chardons, une escapade dans les bois,
la nuit et le jour, et l'amour toujours
pour " Ma Mère "
un album patiemment élaboré avec Emmanuelle Houdart
aux éditions Thierry Magnier

Le vent

En octobre,
nous nous retrouverons
pour partager des sablés au gingembre,
des frissons, des rires et des polkas
autour de " Cinq minutes et des sablés ",
un album mitonné avec irène Bonacina
aux éditions Didier Jeunesse.

 

Le vent

D'ici-là

Bon vent !

Partager cet article

Repost 0
Publié par Stéphane Servant
commenter cet article
17 juin 2015 3 17 /06 /juin /2015 08:04

En novembre 2012, j'étais invité au Festival Grains de Sel, à Aubagne.
Un matin froid, j'ai partagé en terrasse un café chaud avec Emmanuelle Houdart.
C'était la première fois que nos routes se croisaient.
J'étais très intrigué par la femme qui se cachait
derrière ces images bouleversantes,
toujours sur le fil
de l'humanité.
Ce que nous nous sommes dit ce matin-là restera secret.
Mais, ce matin-là, à ma grande surprise,
j'ai rencontré une femme
qui ne se cachait pas.

Le temps passe, on le sait.
Et plus le temps passait, plus j'avais envie d'écrire pour elle.
Parce que sa vérité nue m'avait touché.
Il y a eu quelques tentatives.
Quelques textes qui, j'ai mis du temps à le comprendre,
finalement, ne parlaient que de moi.
Et puis.
Et puis Emmanuelle a lu Le coeur des louves.
Et puis nous avons échangé.
Et puis j'ai esquissé un texte.
Un trait d'union
Entre elle et moi.
Quelques phrases, à peine une poésie.
Pour dire l'indéfectible lien.
Entre une enfant et sa mère.
L'amour
Que rien ni personne ne peut délier.
Pas même le temps.
Qui passe.
Qui passe.

Avec le temps

Ce texte, je l'ai confié à Emmanuelle.
Et elle l'a fait sien.

Avec le temps

Cet album,
c'est une rencontre
c'est une aventure
c'est du temps

Cet album
c'est pour nous, pour vous.
C'est de l'amour
à partager.

Avec le temps

"Ma Mère"
verra le jour aux éditions Thierry Magnier
en septembre 2015.

Partager cet article

Repost 0
Publié par Stéphane Servant
commenter cet article